Didascalies

25 May 2007

Ce commentaire fait référence à cette édition – Didascalies (CD):
Last but not least par Fritz Langlois – Amazon.fr
Ces derniers enregistrements de Luc Ferrari ne sont pas les plus marquants de l’oeuvre de ce grand artiste sonore, mais méritent tout de même quelques écoutes attentives. Le DVD présent dans cette édition fait toute la valeur de cet objet: on y voit Luc Ferrari au travail en studio, avec les interprètes, l’ingénieur du son, sous l’oeil bienveillant de la fidèle Brunhild. C’est passionnant en tout point. La pièce se construit, lentement, chacun apportant sa contribution, exprimant son point de vue. C’est décontracté et intense en même temps. Pas de grands mots ou de grandes colères, mais beaucoup de choses sont communiquées par un sourire ou une boutade. Ferrari laisse beaucoup de latitude aux musiciens, qui doivent choisir eux-mêmes les quelques motifs qui constitueront la matière avec laquelle ils devront travailler, entre répétition et transformations… Ouverture d’esprit et écoute véritable de tous les protagonistes, néanmoins Ferrari semble avoir une idée claire, quoiqu’inarticulée, du résultat qu’il cherche à atteindre.
Cette fenêtre ouverte sur sa manière de travailler éclaire son oeuvre, nous donnant envie de nous replonger dans ses nombreux enregistrements. Le documentaire est réalisé en numérique (par Guy-Marc Hinant, directeur du label Sub Rosa), sans grands moyens donc, mais en parfaite adéquation avec ce qui se trame. Le montage est habile, nous fait rentrer dans l’intimité de cette musique en construction. Ferrari est malheureusement décédé peu de temps après ces sessions filmées, qui constituent a posteriori un inestimable témoignage sur ce remarquable compositeur.

Movies


lf_face_a_sa_tautologie_extrait .flv 25Mb .3gp 4MB

Luc Ferrari facing his tautology: two days before the end

Luc Ferrari face à sa Tautologie: deux jours avant la fin Luc Ferrari, ressort une partition ancienne, Tautologos III, pour l’enregistrer à la Muse en Circuit durant l’été 2005. La ‘partition’ est, en réalité, un ensemble de 3 lois. “La première loi, c’est simple: chaque musicien choisit un cycle composé d’un objet sonore, une durée et un silence qui vient après, et le répète. La deuxième loi: dans l’agencement des cycles qui se fait par enregistrements successifs, les rencontres peuvent inciter les musiciens à changer leur motif original. La troisième loi… il n’y en a pas.” Le tout sera enregistré plusieurs fois de suite, en couches multiples, et à l’appui d’une bande magnétique comportant les sons les plus ridicules qui soient, pour faire grossir la masse sonore de cette pièce pour rien. Aussitôt dit, mais pas aussitôt fait: après avoir réussi la première couche durant les 21 premières minutes d’enregistrement, il faudra 2 jours à Luc et aux musiciens, Jean-Philippe Collard-Neven et Vincent Royer pour parvenir à produire la seconde. La troisième, comme une cerise sur le gâteau, sera composée de livres fermés avec force et épuisement toutes les 2 minutes 30. Un peu plus d’un mois après cette expérimentation, Luc décède. Ce fut donc son dernier jeu.

Playlist:

CD:

  1. Rencontres fortuites 23’14
  2. Tautologos III 21’19
  3. Didascalies 15’07

DVD:

  • Luc Ferrari facing his tautology: two days before the end

Other edition:


Tagged: , ,



Didascalies
from Vincent Royer.