HOMMAGE à Horatiu RADULESCU Cologne

13 fév 2013

HOMMAGE À HORATIU RADULESCU DU 13. FÉVRIER AU 23. MARS 2013 À COLOGNE
INNOVATEUR DU LANGAGE MUSICAL CONTEMPORAIN: UN PORTRAIT
Au début de l’année 2013, ON – Neue Musik Köln se présente avec un porgramme extraordinaire. Dans le cadre de la „plate-forme pour la production artistique“ ON – Neue Musik offre un „Hommage à Horatiu Radulescu“ très complet.

En février et mars 2013, quatre concerts-hommages seront dédiés à l’un des representants les plus radicaux de la mouvance spectrale, ainsi que l’innovateur du language musical contemporain. La série de concerts, qui réunit de nombreux solistes de renommée internationale de son European Lucero Ensemble, sera encadrée de conférences et masterclasses.

Né à Bucarest, Horatiu Radulescu (1942-2008) a été l’un des compositeurs les plus radicaux de la mouvance spectrale – musique basée sur l’analyse du spectre sonore et l’exploration des fractions les plus subtiles du timbre.

En 1969 Radulescu a fui le régime Ceausescu pour la France et a obtenu la nationalité française en 1974. Ayant terminé ses études à la faculté de musique de l’Université de Bucarest il se perfectionna à Cologne auprès de Mauricio Kagel et de Luc Ferrari puis à Darmstadt avec John Cage, Iannis Xenakis, Karlheinz Stockhausen et György Ligeti.

Il développa sa technique de composition spectrale dès 1969. Suite à la création de «Wild Incantesimo» pour 9 orchestres au Festival de Metz, Olivier Messiaen écrivait en 1978: « Horatiu Radulescu est un des jeunes musiciens les plus originaux de notre époque. On sait qu’au XXème siècle, plus qu’en aucun autre, l’Art et la Science se donnent la main. Cela est particulièrement vrai pour la musique de Radulescu qui a participé au renouveau du language musical. »

Sa profonde connaissance des philosophies et spiritualités universelles, ainsi que ses racines roumaines (musique populaire) ont été, toute sa vie durant, les sources d’inspiration de son œuvre. Sa musique associe le micro et le macro cosmos – la force originelle du son – comme écho de l’univers dans ses plus subtiles oscillations de l’échelle des partiels. Pour Radulescu, comme pour Giacinto Scelsi, l’art des sons est dans son essence même un rituel qui permet l’ouverture à d’autres niveaux de conscience.

En tant qu’homme comme en tant que compositeur Radulescu était intransigeant; il ne faisait aucun compromis dans la réalisation de ses visions créatrices. Il a inventé de

nombreux et fascinants élargissements des possibilités instrumentales, créé de nouvelles formes et techniques. L’instrumentation de ses œuvres est souvent extrême, comme en témoigne «Byzantine Prayer for Giacinto» composé pour 40 flûtistes et 72 flûtes. Pendant des décennies il a étroitement collaboré avec «ses interprètes», les membres de l’ensemble de solistes European Lucero. Il ne suffisait pas d’étudier ses partitions pour pouvoir interpréter ses, il fallait rentrer en contact direct avec lui, partager un travail intense sur la matière même du son. Ce n’était qu’au terme de longues séances d’apprentissage – entre autres de nouvelles techniques instrumentales – qu’un musicien parvenait à devenir co-créateur de l’inouïe œuvres richesse de son œuvre.

Vincent Royer, initiateur et directeur artistique du projet, a rencontré Horatiu Radulescu en 1988 (année de la mort de Scelsi) dans le cadre de ses cours à Darmstadt. Ils ont collaboré ensemble pendant vingt ans (jusqu’à sa disparition en 2008). Le maître lui a d’ailleurs dédicacé trois oeuvres. Son enregistrement de l’intégrale des œuvres pour alto de Radulescu paru chez SubRosa en 2005 est une référence mondiale pour l’interprétation de sa musique.

Pour la première fois depuis la mort de Radulescu, il y a cinq ans, quatre concerts hommages lui sont dédiés à Cologne.

Au programme du premier concert; la création allemande de «Cinerum», œuvre basée sur la liturgie grégorienne du mercredi des Cendres, prévue pour le 13 février 2013. Les autres concerts seront donnés dans la période du 19 au 23 mars 2013.

De nombreux musiciens de renommée internationale, fidèles interprètes de l’œuvre de Radulescu, participeront à cet hommage à Cologne pour y présenter sa musique de chambre et ses répertoires solo, notamment: les musiciens du cercle de solistes de Lucero, comme le flûtiste français Pierre Yves Artaud, le tromboniste britannique Andrew Digby, l’altiste hollandaise Elisabeth Smalt, le pianiste Ian Pace et la veuve de Radulescu, la violoncelliste britannique Catherine M. Tunnell.

D’autres concerts permettront d’explorer davantage ses connaissances dans le large spectre de sa musique, par exemple avec le Mädchenchor am Kölner Dom (direction Oliver Sperling) ainsi qu’avec les étudiants du Conservatoire Royal de Liège (où Vincent Royer est professeur en charge de musique de chambre) et la Hochschule für Musik und Tanz Köln.

Le programme des concerts sera en outre enrichi par des conférences, des Masterclasses et des ateliers portant sur les techniques de composition et sur les techniques instrumentales. Ceux-ci seront animés par des spécialistes comme Bob Gilmore (Amsterdam) et Harry Halbreich (Bruxelles) ainsi que par les musiciens participants.

Vincent Royer – en tant que spécialiste et proche de Radulescu – participera à la préparation de certaines œuvres en apportant des conseils techniques et des indications d’interprétation à certains ensembles comme le Mädchenchor am Kölner Dom ou le Quatuor Asasello.



HOMMAGE à Horatiu RADULESCU Cologne
from Vincent Royer.